Outils personnels
Vous êtes ici : Accueil Dossiers thématiques Soins palliatifs Les soins palliatifs et la fin de vie à domicile / IGAS. - Janvier 2017
Navigation
Compteurs de visites
Pour le site
642302
Pour la page courante
000451
 
Actions sur le document

Les soins palliatifs et la fin de vie à domicile / IGAS. - Janvier 2017

Dr G.Duhamel et J.Mejane (IGAS), avec le concours de P.Piron, interne en médecine en stage à l’IGAS Rapport mis en ligne en novembre 2017

L’accompagnement des parcours de fin de vie revêt des enjeux considérables, tant pour les
patients qui attendent une qualité de soins et le respect de leurs souhaits, que pour le système de
soins qui doit organiser des prises en charge complexes et encore difficiles à accepter. Ces enjeux
sont particulièrement importants au domicile, lieu de prise en charge privilégié par les Français.


Les soins palliatifs à domicile ne sont pas une réalité pour tous
Près de 311 000 personnes par an nécessitent un accompagnement palliatif. Si nombre de ces
situations sont prises en charge par des professionnels compétents et engagés, il apparaît que ces
soins, au domicile, sont d’une qualité parfois décevante : sentiment de médicalisation, difficultés
d’orientation des patients dans le système de soins, absence de professionnels la nuit ou les weekends
; autant d’obstacles occasionnant des ruptures de parcours, lourdes de conséquences tant
pour les malades que pour leur entourage.
De fait, si près de 70% des malades résident encore à leur domicile un mois seulement avant leur
décès, la majorité va finalement décéder à l’hôpital, le plus souvent dans des services classiques.


Réaffirmer la place du médecin traitant et éviter le « domicile à tout prix »
L’amélioration des prises en charge de fin de vie à domicile fait l’objet d’un axe spécifique du plan
national « Soins Palliatifs 2015-2018 ».
Les inspecteurs ont conduit leur évaluation pendant que se déployait ce plan, ils n’ont donc pas
procédé à son bilan mais plutôt cherché à le compléter, en précisant le rôle que peuvent jouer les
médecins traitants -essentiel aux yeux des patients et des proches- à certains moments clés, et en
soulignant la nécessité d’une implication renforcée des infirmiers et des dispositifs d’appui et de
coordination tels que les réseaux ou l’HAD.
Une place doit également être laissée à l’hôpital pour accueillir les situations les plus complexes
sur le plan sanitaire ou social. En effet, le domicile n’est pas un lieu adapté à toutes les fins de vie ;
il est susceptible de renvoyer chacun à ses difficultés, d’autant que les ressources financières et la
mobilisation de l’entourage sont des facteurs déterminants pour le maintien à domicile, dont tous
les patients ne disposent pas.

Liens
Par Marie-Céline SIMON-BAGOTDernière modification 19/12/2017 11:16
« Mai 2018 »
Di Lu Ma Me Je Ve Sa
1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30 31
 

Réalisé avec le CMS Plone, le système de gestion de contenu Open Source

Ce site respecte les normes suivantes :